Rencontre avec Amélie Perceau, chef de projet chez SBDM Corporate

Un Master en Stratégies de Communication Internationale (MASCI) à l’Université de Bourgogne, une année d’études à l’étranger puis un poste en tant que chef de projet junior. C’est un parcours enrichissant que nous présente Amélie Perceau dans cet interview, ainsi que des conseils pratiques pour les jeunes diplômés en recherche d’emploi.

 

Pouvez-vous nous faire un bref petit résumé de votre parcours ?
Après un Bac Littéraire, j’ai fait une Licence Information-Communication, d’abord à Clermont-Ferrand (Université Blaise Pascal) puis à Paris III (Sorbonne Nouvelle). Je suis ensuite partie un an à Madrid, en échange Erasmus parcours bilingue espagnol-anglais. J’ai terminé mes études par un passage à Dijon, en intégrant le MASCI (Master en Stratégies de Communication Internationale) à l’Université de Bourgogne.

Parmi les différentes formations en communication présentes sur Dijon, pourquoi avoir choisi celle de MASCI ?
À la fin de mon M1, j’ai envoyé une dizaine de dossiers partout en France. J’ai été retenue dans plusieurs villes et j’ai choisi la formation MASCI car j’ai découvert qu’elle était très bien reconnue au niveau national, au même titre que des écoles réputées telles que le Celsa (selon le classement SMBG). Je n’ai donc pas choisi Dijon puis les études que je voulais y faire, mais l’inverse.

Comment avez-vous trouvé et obtenu votre poste depuis la fin de votre formation ?
Je viens de commencer un CDI en tant que « chef de projet junior », que j’ai trouvé grâce au bouche-à-oreille, un peu par hasard. Le poste n’était pas ouvert et ils cherchaient des stagiaires. La réception de mon CV a remis en question leurs besoins et ils ont décidé d’ouvrir un CDI. Après un entretien de 7 heures, j’ai refusé le poste dans un premier temps. J’ai pu négocier le salaire et il m’a été reproposé deux semaines plus tard… j’ai accepté !

Que vous a apporté votre formation dans votre poste actuel ? Quelles compétences et/ou savoir-faire avez-vous développé ?
Je crois que mon stage de cinq mois*, qui fait partie intégrante de la formation MASCI, a beaucoup joué. Aussi, toute la partie recommandations et regard critique sur la stratégie d’une marque m’aide à apporter un discours plus professionnel et être source de propositions. Je citerais enfin les nombreuses études de cas réalisées en cours : elles permettent d’avoir en tête un éventail d’exemples actuels.
* (une validation de 3 à 6 mois est demandée)

Qu’appréciez-vous dans votre métier ? Quels en sont selon vous les avantages et les inconvénients ?
J’apprécie travailler en petite équipe car mon avis est sollicité et écouté, et que cela m’offre des responsabilités. Le fonctionnement est flexible et être polyvalente est également un aspect qui me plaît. En contrepartie, je regrette de ne pas pouvoir pratiquer davantage les langues étrangères au quotidien, même si les réunions se font souvent en anglais car une des employés est chinoise.

Comment vous voyez-vous dans les cinq ou dix prochaines années ?
D’ici là, j’aimerais vivre une nouvelle expérience professionnelle à l’étranger, comme par exemple un VIE (Volontariat International en Entreprise). Un an d’études à Madrid, suivi d’un stage au Québec m’y ont donné goût. J’ai aussi pour projet de créer un festival à destination du jeune public… rendez-vous dans 10 ans donc !

Un conseil pour les futurs diplômés en communication (comme moi) pour leur recherche d’emploi ?
Ne restez pas tout seul, soyez entourés de personnes bienveillantes au moment de la recherche. Cela peut paraître anodin mais c’est important pour garder votre motivation. Parlez-en, faîtes passer l’information (on ne sait jamais).
Le deuxième conseil est de dégager quelques critères pour axer sa recherche (une région, un secteur d’activités, la taille de l’entreprise). Posez-vous la question suivante : pour quel type de boîte ai-je envie de travailler ? Le but n’est pas de s’enfermer dans ces critères mais de vous lancer sur plusieurs pistes.
Enfin, cherchez des petits jobs d’appoint tout en restant disponible pour un éventuel entretien. Ils vous aideront financièrement et moralement car un mois de septembre sans rentrée scolaire peut donner le vertige. Et surtout gardez confiance en vous et en votre formation !

 

Pour finir, vous pouvez consulter son blog personnel ainsi que son blog professionnel qui est rédigé en anglais et en espagnol avec des articles intéressants.

Marina Calif

Après un DUT InfoCom à Strasbourg, j'ai poursuivi ma formation en LP Comen à Dijon. Je m'intéresse à tout ce qui touche à la communication visuelle et numérique.

Un petit com' ? C'est ici...

Rechercher

Nos projets :

Community Managers en Herbe

Groupe Facebook Community Managers en herbe, rejoignez-nous !

Groupe Facebook "CM en herbe"

Veille métier CM

Un Netvibes pour suivre l'actu métier

Guide du Bad Buzz

Nos projets : Guide du Bad Buzz

Evitez les crises en ligne avec nos guides !

Abonnez-vous à nos posts !

Voir nos autres articles